Passer d’une production d’impression feuille à feuille à l’impression sur rotative

Nous n’avons pas caché que nous pensons que notre technologie d’encre SC innovante constitue une révolution pour l’impression numérique sur rotative.

Nos brillants ingénieurs ont mis au point une innovation ayant permis d’aboutir à une impression à jet d’encre efficace et durable directement sur des papiers couchés offset standard. Les encres SC suppriment l’étape coûteuse du prétraitement, tout en améliorant la qualité du contenu imprimé au niveau des normes de l’impression offset. Incroyable, non ? Nous arrivons au moment crucial attendu depuis longtemps par les imprimantes offset feuille à feuille.

Les imprimantes feuille à feuille ont besoin de changer de technologie et de passer à l’impression numérique sur rotative ce qui soulève de nombreuses questions sur le processus de production et la finition.

Nous détaillerons dans ce blog les différences fondamentales.

En quoi l’impression feuille à feuille et l’impression sur rotative diffèrent-elles ?

Tout le monde sait que le papier est fabriqué sur de grands rouleaux. La différence fondamentale entre l’impression feuille à feuille et l’impression sur rotative dépend de la manière dont le papier est chargé dans l’imprimante.*

  • Pour l’impression feuille à feuille, le papier est acheté par packs ou palettes de feuilles avant d’être imprimé.
  • En revanche, l’impression sur rotative utilise un gros rouleau découpé par la suite au format approprié lors du processus de post-impression.

Les différences entre les presses à impressions offset et numérique ne sont pas encore très claires ?

Décrit de la sorte, on n’entrevoit pas encore très bien les avantages. Cependant, vous découvrirez plus loin ce qu’implique réellement l’impression sur rotative, et il n’y a que des points positifs.

Côté entrée de l’imprimante sur rotative :

  1. Faire des économies : acheter un rouleau de papier revient moins cher que d’acheter les feuilles. Pourquoi ? Car le fabricant de papier n’a pas à couper le papier en feuilles. Il suffit de vérifier auprès de votre fournisseur pour vous rendre compte que vous pouvez facilement économiser environ 10 % des coûts pour le papier couché offset standard. Bingo !
  2. Moins de gaspillage : une ligne de production sur rotative permet d’éliminer tous les blancs d’impression. Cela permet d’utiliser le papier plus efficacement et de réduire considérablement les déchets.
  3. Chargement facile : l’alimentation en papier dans une imprimante à jet d’encre sur rotative est, étonnamment, relativement simple par rapport au chargement en feuille à feuille. Au lieu de charger une palette de papier, vous devez suspendre la bobine dans un dévidoir, ce qui est assez simple à réaliser. Selon le poids du papier, la longueur sur une bobine peut varier entre 7 km, soit 11 784 feuilles A2 de 250 g/m2, et 18 km, soit 30 303 feuilles A2 de 70 g/m2.

Le transport du papier s’effectue sans problème lorsqu’il est dans l’imprimante. Contrairement aux machines feuille à feuille utilisant des pinces et des ventouses, l’impression sur rotative se compose uniquement de rouleaux et de moteurs contrôlant la vitesse et la tension du papier, ainsi que d’un dispositif permettant de le maintenir bien positionné sous les têtes d’impression et pourvu de capteurs pouvant contrôler une stabilité optimale.

En résumé, le transport du papier sur rotative est beaucoup moins mécanique et plus stable que celui alimenté en feuille à feuille. Le processus ne pose ainsi quasiment pas de problème et demande peu d’entretien.

Côté sortie de l’imprimante sur rotative :

La sortie s’effectue avec un rembobineur ou un dispositif de finition en ligne. Il y a quelques années, la majorité des imprimeurs choisissaient d’effectuer la finition hors ligne. Toutefois, ce comportement a tendance à s’inverser : la finition en ligne devient la méthode privilégiée à mesure que la technologie de finition gagne en flexibilité et en efficacité.

La plupart du temps, la finition en ligne de la bobine imprimée au produit fini représente une grande incertitude pour les imprimantes en feuille à feuille. En fin de compte, c’est en décidant de passer du feuille à feuille à la rotative que l’on gagne le plus en efficacité et voici pourquoi.

  • Une étape d’assemblage physique est complètement supprimée, car vos produits sont assemblés numériquement. Pour expliquer le plus simplement possible, prenons des exemples :
    • Livre en quadrichromie : avec l’impression offset feuille à feuille, toutes les signatures du livre devront être imprimées avant que la finition ne puisse commencer. L’impression d’un livre de 6 signatures signifie 6 tirages sur la presse en utilisant 12 x 4 plaques (soit 48 plaques au total) et en produisant 6 palettes de papier. Les signatures doivent ensuite être pliées dans un premier temps et assemblées dans un deuxième temps, et les deux actions représentent des points de contact supplémentaires dans la production.
    • Brochure A4 4 couleurs 16p : avec l’impression offset feuille à feuille, toutes les pages devront également être imprimées avant que la finition ne puisse commencer. L’impression d’une brochure A4 de 16p avec une presse offset standard SRA2 correspond à 4 tirages avec 8 x 4 plaques (soit 16 plaques au total). Section 1 : 8 pages sont imprimées recto, puis la feuille doit être tournée pour imprimer le verso. Puis, Section 2 : répétition du processus sur 8 pages. Lors de la finition hors ligne, les deux sections devront être pré-pliées avant de passer dans une ligne d’assemblage et de coupe.

 

  • La production numérique à partir du rouleau ne nécessite aucune plaque, ni de temps d’installation. Les signatures sont assemblées numériquement par copie individuelle en temps réel. Lors de la finition, les lots préassemblés seront coupés en feuilles, pliés et empilés pour terminer les blocs de livres. Pas de points de contact, pas de risque, pas de surproduction et augmentation de la rentabilité

 

Comparaison de vitesse en impression sur rotative

En ce qui concerne l’impression sur rotative, la terminologie est différente. L’impression en feuille à feuille se mesure en nombre de feuilles par heure dans la presse, tandis que l’impression sur rotative se mesure en nombre de mètres de matériau par minute.

Il est souvent difficile de calculer rapidement la différence, ce qui fait souvent paraître l’impression sur rotative plus lente que celle en feuille à feuille. Toutefois, ce n’est pas le cas car l’impression sur rotative est souvent plus rapide que celle en feuille à feuille.

Si l’on ajoute la finition en ligne qui est plus avantageuse, nous avons la preuve que l’impression sur rotative dépasse celle en feuille à feuille pour toutes les productions « paginées ».

 

 

Productivité (feuilles recto verso)

Vitesse par minute

Vitesse par heure

120 mètres linéaires

7 200 mètres linéaires

Taille de la feuille

Feuilles par minute

Feuilles par heure

Format A4

800

48 000

Format A3

400

24 000

Format A2

200

12 000

 

Idées les plus répandues

La finition à partir de l’impression sur rotative est difficile Dans l’état actuel de l’automatisation en impression sur rotative, la complexité est considérablement réduite par rapport à un processus de production en feuille à feuille. La planification et l’utilisation du papier sont beaucoup plus efficaces.
L’impression sur rotative n’offre aucune flexibilité au produit Contrairement aux idées reçues, la finition est disponible pour divers produits : livres, flyers, brochures cousues.
L’impression sur rotative ne convient pas à de nombreux types de papier Le flux de travail en impression sur rotative permet de regrouper facilement automatiquement des travaux. Toutefois, il est commercialement impossible de proposer des centaines de types de papier, ce qui représente une bonne occasion de réduire les stocks et de rationaliser le processus de production.
Charger les bobines est difficile Comme nous l’avons déjà abordé ci-dessus, le processus est simple, encore plus que pour le chargement en feuille à feuille.

Votre prochaine presse sera-t-elle une Truepress ?

Ainsi, la boucle est bouclée et nous revoilà à aborder le sujet des encres SC dont nous avons déjà parlé et qui sont utilisées dans la Truepress Jet 520HD+.

Encres SC…

  • Adhèrent directement sur une large gamme de papiers standard, plus besoin de prétraitement/revêtement coûteux.
  • Conservent la texture complète et le toucher du papier couché, ce qui permet d’élargir considérablement les applications d’impression potentielles pour inclure le publipostage, les livres, les catalogues et un large éventail d’autres utilisations commerciales.
  • Sont totalement sèches en sortant de l’imprimante (pouvant fonctionner à des vitesses comprises entre 120 et 150 m/min)
  • Offrent une gamme de couleurs et une netteté élevées, avec une amélioration multipliée par dix car aucun pigment n’est perdu lors du processus d’absorption

Notre imprimante à jet d’encre numérique HD a considérablement amélioré le processus d’impression, tout en offrant une marge améliorée. Des entreprises telles que Bluetree, Kohlhammer et Hubert & Co ont choisi d’investir dans notre solution à jet d’encre à alimentation continue et non dans une presse offset classique. Serez-vous le prochain à franchir le cap ?